Anciennes photos de Plouguenast

Une page d’histoire de notre commune….

Origine du nom :
Plou Paroisse  
Guenast de Guenast ou Gast : Moine irlandais du 6ème siècle

Vers l'an 600, un moine irlandais, disciple de Colamban du nom de Gall ou Gast, séjourne dans la contrée, il donne son nom à Langast et à Plouguenast. Les moines irlandais fuyaient l'invasion de l'Irlande par les Vikings. La première église du Vieux-Bourg serait de cette époque.

Plouguenast est une ancienne paroisse primitive qui englobait jadis le territoire actuel de Plouguenast et une partie du territoire de Langast. La paroisse de Plouguenast est mentionnée dans un acte de 1273 (Ploingonnas), faisant état de la vente au vicomte de Rohan par un certain Geffroy Bernier, de ses droits au village de la Bernardais (Bernardye). Sous l'Ancien Régime, la paroisse de Plouguenast appartenait au diocèse de Saint-Brieuc.

Commune depuis 1790, Plouguenast a, jusqu'en 1845, son chef-lieu au Vieux-Bourg. En effet dès janvier 1845, le culte est transporté de l'église du Vieux-Bourg en la chapelle Sainte-Anne du Pontgamp et la commune est transférée au village de La Bernadais.  

La commune de Plouguenast est formée des villages : Cornean, Ville-Hamon, Linguet, Motte-Parent, Launay-Jean, Maillot, Touche-Brandineuf, Belle-Noë, la Bernadaie, Pontgamp, la Brousse, Ville-Talva, Launay-Dic, Tertia, Saint-Théo, les Ardillets, Bohino, Broussardel, Ville-Méno, Brousse-Vauvert, la Drolaye, Beaulieu, Croupan, Bel-Air. Parmi les lieux dits : La fontaine Melouc mentionnée dès 1323.

L'église Saint-Pierre, ancienne église du Vieux-Bourg (de la fin du XIIème siècle), reconstruite au XVème siècle et restaurée vers 1648 et 1679. La travée du bas-côté nord supportant le clocher peut remonter à la fin du XIIème siècle ou au début du XIIIème siècle. La nef remonte au XVIème siècle, comme les vitraux, tandis que les bras du transept, le chœur et la sacristie ont été édifiés au XVIIème siècle et le porche Sud-est au XVIIIème siècle. Le 21 juin 1679 est posée la première pierre des travaux de l'aile nord et du chœur de l'église. Dom Leuduger en est alors le recteur. L'église est bénie le 19 novembre 1679. On y voit des fragments de vitraux datant de 1525-1540. Les panneaux sculptés, enchâssés aujourd'hui dans le balustre du chœur et provenant de l'ancien jubé, datent du XVIème siècle : ils représentent Jésus, encadré de saint André et de saint Jean, et de huit apôtres. L'église abrite les statues de saint Germain, sainte Apolline et saint Nicodème. Les vitraux de l'ancienne église de Plouguenast ne sont plus malheureusement qu'à l'état de fragments. Les principaux fragments proviennent d'un Arbre de Jesse, qui semble être du XVIème siècle, et qui, étant donné la taille des personnages représentés, devait être très important. 

La nouvelle église Saint-Pierre et Saint-Paul est l’œuvre de l'architecte Lorin. Elle est édifiée (suite à une décision du conseil municipal) pour remplacer l'ancienne église paroissiale et malgré l'opposition des habitants de Plouguenast. Elle est bénie le 16 mars 1845. De plan rectangulaire, elle comprend une nef avec bas côtés sur colonnes et architraves de 9 travées plus celle du clocher encastré. L'édifice abrite des autels modernes dus à Etienne de Trévé (1863 et 1864), des statues anciennes de saint Servais (XVIIIème) et de saint Eloi (XVIIIème siècle).

La chapelle Saint-Michel de Cornéan (XVI-XVIIème siècle) est mentionnée en ruines en 1938. La porte, située dans le parc communal, est le seul vestige de l’ancienne chapelle Saint-Michel de Cornéan ;

La chapelle Saint-Barthélémy de Saint-Théo (XVIIIème siècle), restaurée en 1934. Elle est de forme rectangulaire et abrite les statues de saint Gildas et de saint Barthélemy. 

Les anciennes chapelles aujourd'hui disparues :

  • la chapelle du Rosaire, au Vieux-Bourg. Vendue en 1806, elle fut détruite au XIXème siècle. Elle datait du XVIème siècle et renfermait la tombe de R. D. Claude-Marie de la Fruglaye, abbé de Prières. 
  • la chapelle Sainte-Anne, au Pontgamp, détruite au XIXème siècle. 
  • la chapelle Saint-Eloi. Elle est dite Saint-Eloi du Crau. 
  • la chapelle Saint-Jean (R. Couffon) ;  
  • Le calvaire du Vieux-Bourg (XVIIème siècle).

Les croix du Rosaire (XVIIème siècle), Chilard (1667),   du Rotz (1699), de la Brousse-Vauvert (XVIIIème siècle), de la Barre (XVIIIème siècle).  

Le château de la Touche-Brondineuf ou Touche-Brandineuf (XVème siècle), édifié à la fin du XVème siècle pour Gilles de Carmené ou Kermené (receveur du duc François II), seigneur de La Touche. Propriété de Gilles de Kermené en 1480 et de René de Kermené en 1536. Il possédait jadis un droit de haute, moyenne et basse justice. La Touche est devenue la Touche-Brandineuf à partir de 1480. Le château est désigné ainsi à cause de ses seigneurs, les Carmené (ou Kermené), qui étaient aussi seigneurs de Brondineuf en Sévignac. Le domaine a ensuite aussi appartenu aux familles Budes, Trafalegan ou Trafelgan, Thépault et de La Roue.

Le manoir de la Ville-Guéry (1698 et 1716). Ce manoir se compose de deux corps de bâtiment, l'un daté de 1698, l'autre de 1716. Les piliers du portail d'entrée sont datés de 1717. Le domaine appartient à Jehanne de Kermené en 1536.

Le manoir de Belle-Noë (1716-1748) ;

La fontaine du Vieux-Bourg ;

Plusieurs maisons du Vieux-Bourg (1678, 1741, 1760, 1761, 1769,…..) et à la Bruyère (1749), à la Chapelle-du-Rosaire (1765), à Launay (1734), à Lingouët (XVIIIème siècle), à la Vallée (XVIIème siècle) et à la Vigne-Gigno (XVII-XVIIIème siècle) ;

14 moulins dont certains aujourd'hui disparus étaient sur notre commune.
- Le Moulin des Près
- Le Moulin de Lanfonço (Le Moulin du Lié)
- Le Moulin de Guette es Lièvres
- Le Moulin de la Touche
- La Minoterie du Pontgamp
- Le Moulin Neuf
- Le Moulin des Coudrais
- Le Petit Moulin
- Le Moulin des Alouettes
- Le Moulin des Cornéans
- Le Moulin de St Michel
- Le Moulin Neuf de St Michel
- Le Moulin du Cran
- Le Moulin de La Ville Gicquel

[s A signaler aussi : s]

Le souterrain de Malabry (âge du fer) ;

L'enceinte fortifiée de Cornéan (moyen âge) ;

Les établissements gallo-romains de la Touche-Brondineuf, de la Ville-Morgan, de Lingouët ;

Un four à pain (XVème siècle), situé au Vieux-Bourg.